GUIDE ULTIME :

 

LES 8 INDISPENSABLES

POUR UN HYPNOTHÉRAPEUTE !

 

C’est quand la dernière fois que vous l’avez fait ?

 

 

Lorsque je donne une formation en hypnose, la même question me revient sans cesse :

Que dois-je faire pour devenir un excellent hypnothérapeute ?

La réponse demeure la même depuis mes débuts comme hypnothérapeute.

Pour moi, il n’y a pas dix mille façons de devenir excellent. Tout commence avec un esprit d’engagement vers l’excellence. Ensuite, la route se trace d’elle-même.

Le football a fait partie de ma vie dès l’âge de 14 ans et ce jusqu’à mes 27 ans. Mon rêve était de jouer au football professionnel. Je n’ai peut-être pas atteint le niveau professionnel, mais pendant les quatre dernières années, j’ai joué au niveau semi-professionnel américain. Pourtant, il y avait des joueurs qui avaient plus de talent que moi qui n’ont pas réussi à se rendre à ce niveau. En plus à l’âge de 17 ans, j’ai subi une opération suite à un accident qui a limité l’amplitude du mouvement du genou gauche et m’a fait perdre de la rapidité. Alors, qu’ai-je dû faire pour réaliser ce rêve malgré tout ?

Je peux vous dire que je me suis engagé au maximum, à mon plein potentiel, pour réussir.

Le football m’a permis de développer une discipline que j’ai appliquée à mon apprentissage de l’hypnose et à ma pratique d’hypnothérapie.

Beaucoup de personnes ont peur du mot discipline. Pourtant… quand vous êtes engagé à l’excellence, la notion de discipline n’existe pas. Tout se fait naturellement…

Alors, vous êtes prêt pour les 8 indispensables ?

 

L’indispensable 8 – PRATIQUER ET EXPÉRIMENTER

Avant même de commencer à penser à disputer un match de football, il est absolument essentiel de pratiquer. Les entraînements sont conçus pour répéter le plus souvent possible les différentes techniques afin qu’elles deviennent naturelles et automatiques.

Non seulement la répétition est essentielle, mais elle doit se faire dans différents contextes. Alors, on pratique les mêmes techniques dans différentes situations de match.

Ce qui a comme résultat que lorsque telle ou telle situation de match survient et que vous y êtes confronté, alors la réaction devient automatique et instinctive.

D’ailleurs, c’est le même phénomène pour tous les autres sports.

Ce n’est pas différent pour l’hypnose.

Lors des formations que je donne, je le répète… et répète régulièrement… que la seule différence entre les autres et moi qui avons commencé l’hypnose en même temps, est le fait d’avoir pratiqué et expérimenté tellement souvent, et dans différents contextes.

Il y a des techniques que j’ai tellement pratiquées qu’elles sont devenues une seconde nature. Je n’applique pas la technique, je la vis… C’est ce que j’appelle une intégration complète à tous les niveaux.

Encore aujourd’hui, après presque 20 ans de carrière comme hypnothérapeute, même si je les ai intégrées, je pratique encore régulièrement certaines techniques.

Demandez à n’importe quel athlète qu’est-ce qui se passe quand il ou elle arrête de pratiquer après un certain temps ?

Savez-vous combien d’années Milton Erickson a consacré à pratiquer et expérimenter pour maîtriser l’hypnose ?

Du moment où il a commencé à apprendre l’hypnose, à 23 ans, il n’a jamais arrêté…

Quand vous prenez le temps de lire les 4 volumes de « L’Intégrale des articles de Milton H. Erickson », c’est absolument incroyable à quel point il a consacré sa vie à l’hypnose.

 


L’indispensable 7 – AUTO-HYPNOSE

Vous connaissez l’expression : Cordonnier mal chaussé !

Quand je supervise des hypnothérapeutes, il y en a beaucoup !!!

Pour performer à des niveaux plus élevés au football, non seulement il est nécessaire de s’entraîner, mais il est également important de passer du temps à regarder des vidéos des équipes adverses, ainsi que de faire de la visualisation.

Pourquoi la visualisation ?

On sait aujourd’hui que le cerveau ne sait pas faire la différence entre ce qui est réel… et ce qui est imaginaire… Avec la visualisation, on s’entraîne mentalement à performer de la meilleure façon possible et de plonger dans l’état d’être nécessaire pour avoir accès à son plein potentiel.

Si vous pensez qu’en tant qu’hypnothérapeute c’est différent, vous vous trompez !

Avec l’auto-hypnose, vous pouvez développer vos capacités et vos techniques de façon exponentielle. Vous avez également la possibilité d’améliorer vos interventions avec les clients aussi bien que de vous en servir pour vous défaire de vos blocages qui vous empêchent de performer et d’évoluer. Et quoi d’autre encore ?

Au-delà de tout cela, dans quel état devez-vous être quand vous hypnotisez un client ou une cliente ?

Vous devez être en hypnose !

De quelle façon vous pouvez pratiquer être en hypnose avec vos clients ?

Par l’auto-hypnose…

Et de quelle façon vous plongez en hypnose avec vos clients ?

Par l’auto-hypnose…

C’est un des principes si important en hypnose qui est le : GO FIRST

Si vous voulez que votre client plonge en hypnose… vous y plongez… en hypnose… en premier !  

C’est une question de congruence… L’hypnose devient votre mode de vie !!!

Milton Erickson pratiquait l’auto-hypnose à tous les jours principalement pour gérer les douleurs physiques que lui avaient infligé la polio. Erickson racontait qu’il plongeait en auto-hypnose dans chacune des rencontres avec ses patients et patientes. Même que parfois, il s’auto-hypnotisait pour ne pas se souvenir des rencontres précédentes avec un patient ou une patiente afin de ne pas être influencé lors de la séance…

 


L’indispensable 6 – HYPNOTHÉRAPIE

Pour continuer sur le thème du cordonnier mal chaussé…

Je suis toujours surpris de la quantité d’hypnothérapeutes qui n’ont pas consulté en hypnothérapie.

Comment peuvent-ils savoir ce que leurs clients expérimentent lors d’une séance d’hypnose ?

Au football (comme dans tous les autres sports), il y a des phases où la performance est plus difficile… la confiance semble diminuer… le moral et la motivation sont plus difficiles… L’aspect psychologique est affecté…

C’est alors qu’il est important de consulter. À mon époque, les psychologues sportifs étaient une denrée rare… Le coach était la personne désignée pour nous aider au niveau psychologique.

Il y avait également les blessures. Et ça, au football, c’est une partie intégrante de ce sport. Évidemment, le médecin était le premier professionnel à consulter… Pas n’importe quel médecin… Un médecin spécialiste habitué à travailler avec des athlètes.

L’étape suivante était un suivi avec un physiothérapeute et on exigeait la même chose que pour le médecin, il fallait que ce soit un spécialiste de la réhabilitation des blessures sportives.

Si vous saviez combien de fois j’ai visité un physiothérapeute lors de ma carrière de football…

En tant qu’humain, on a tous des blessures émotionnelles, des aspects psychologiques, des croyances limitatives et des traits de personnalité qui influencent plus ou moins négativement notre vie.

Avec l’auto-hypnose j’en ai réglé plusieurs. Mais quand je frappais des aspects de moi-même plus difficiles à gérer par l’auto-hypnose, je consultais un hypnothérapeute.

Pourquoi un hypnothérapeute ?

Pensez-y !

Si je pratique en tant qu’hypnothérapeute, c’est parce que je crois que l’hypnose est la meilleure façon de régler les différents aspects à traiter. Donc pour moi, la conclusion est simple… je vais traiter ce que j’ai à régler par l’hypnose…

On revient à la congruence !

De toute façon, dans toutes les professions sérieuses d’intervention psychologique et émotionnelle, on demande toujours de suivre une thérapie dans l’approche que le thérapeute favorise.

 


L’indispensable 5 – COMPRENDRE L’ESPRIT HUMAIN

Je me souviens de la quantité d’heures passées à regarder des vidéos de l’équipe adverse. Au football, j’avais développé cette stratégie pour compenser mon manque de vitesse suite à une opération au genou gauche.

J’avais perdu un peu de vitesse. Pour gagner des fractions de seconde, j’avais trouvé une stratégie : je devais améliorer ma vitesse de réaction.

En jouant à la défensive comme secondeur intérieur, la vitesse de réaction est essentielle. Pour l’améliorer, je passais des heures à observer attentivement l’offensive adverse dans les moindres petits détails. Je cherchais à comprendre la stratégie offensive. Pour moi, c’était comme entrer dans la tête du coach adverse et comprendre comment il pensait.

J’observais pour également découvrir des clés venant des joueurs adverses pour mieux lire leur façon de jouer. J’utilisais la même stratégie : entrer dans la tête du joueur adverse pour mieux le comprendre…

Quand j’ai commencé comme hypnothérapeute, j’avais une idée théorique de comment fonctionne l’esprit humain. J’utilisais les principes que j’avais appris dans mes formations.

J’ai rapidement remarqué qu’il y avait une différence et un écart entre la théorie et la pratique. Alors, je voulais combler cette lacune…

Vous savez peut-être que j’ai développé un modèle de compréhension du fonctionnement psychologique et émotionnel de l’esprit humain. Je l’appelle la « Matrice Originelle ». (Ce sera d’ailleurs le sujet d’un article)

Ce modèle a commencé à être développé pour mieux comprendre la confiance et l’estime de soi. Cette quête m’a amené à écouter différemment les clients dans la façon dont ils ou elles vivaient leur problématique. Je voulais comprendre comment s’installaient les différents aspects psychologiques et émotionnels chez l’humain.

Avec ce modèle, je ne prétends pas avoir décodé l’esprit humain. Par contre, je sais qu’il me permet de mieux comprendre comment l’esprit humain fonctionne, ce qui me permet également de mieux savoir comment intervenir et à quel niveau.

Les résultats parlent d’eux-mêmes !

Je crois que peu importe l’approche que Milton Erickson aurait utilisée, il aurait eu des résultats hors du commun.

Pourquoi ?

C’est vrai qu’il a développé de puissantes stratégies en hypnose. Il a également contribué dans l’évolution de l’hypnose comme personne ne l’avait fait auparavant.

Par contre, une des ses plus grandes forces aura toujours été sa compréhension extraordinaire de l’esprit humain.

 


L’indispensable 4 – RELATION DE CONFIANCE AVEC L’AUTRE

Je me souviens de la première fois où j’ai été nommé capitaine de mon équipe. Pour me défendre et parce que j’avais 16 ans, je vais dire que j’étais jeune et sans expérience… En même temps, ce fut un apprentissage important pour moi…

Je croyais qu’être capitaine me donnait la permission d’engueuler les autres joueurs. J’ai pris mon rôle très au sérieux. Je ne me gênais pas pour dire ma façon de penser lorsqu’un joueur ne s’engageait pas suffisamment dans un entraînement ou durant une partie.

Il va s’en dire que certains ne m’appréciaient guère !

J’en avais d’ailleurs eu des échos de la part des entraîneurs et d’amis dans l’équipe.

J’y avais réfléchi pendant une bonne période. L’année suivante, lorsque le camp d’entraînement a commencé, mon approche était améliorée. J’avais lu des biographies d’athlètes qui avaient, eux aussi, été capitaines de leur équipe. Il y avait une notion qui revenait constamment ; être en relation avec les autres.

Alors, j’avais décidé de faire la même chose, d’être en relation avec les autres joueurs de l’équipe. Quand quelqu’un performait moins bien, j’allais le voir pour lui demander comment il allait. Souvent, ils vivaient des problèmes à l’école ou dans leur famille. J’étais à leur écoute. Ensemble, on trouvait un moyen pour qu’ils retrouvent leur motivation et recommencent à bien performer.

D’ailleurs, j’avais simplement copié le fonctionnement de l’un des entraîneurs que je respectais énormément.

J’ai passé un peu de temps à coacher des jeunes au football. J’ai gardé le même modèle. Je prenais le temps d’être en relation avec eux, de les comprendre. Quand venait le temps de leur parler, ils écoutaient attentivement. J’avais une relation de confiance avec eux…

Évidemment comme thérapeute, il en va de soi. Créer cette relation de confiance avec le client est essentielle et primordiale. Encore plus que le sujet se laisse hypnotiser…

Autant Erickson avait une compréhension extraordinaire de l’esprit humain, autant il pouvait facilement créer cette relation de confiance avec ses clients et clientes instantanément.

D’ailleurs, ce trait est caractéristique chez tous les thérapeutes hors du commun, peu importe leur approche thérapeutique. Il suffit de penser à Carl Rogers. L’approche rogérienne est essentiellement basée sur la relation avec le client.

Il existe des techniques pour créer le rapport avec l’autre. Par exemple, la technique du miroir est de faire les mêmes gestes, d’utiliser les mêmes intonations et d’également utiliser les mêmes mots et expressions que le client… en effet miroir.

Une technique demeure une technique ! Au-delà du rapport, il y a beaucoup plus important : la relation.

Pour enseigner cet aspect dans mes cours d’hypnose, j’ai développé la « Boucle Relationnelle REECF ».

C’est une boucle de feedback qui engage la relation avec l’autre à différents niveaux, en même temps. Les cinq éléments de cette boucle sont : Rapport – Écoute – Entendre – Comprendre – Feedback.

Cette boucle permet d’aller au-delà de techniques de rapport. Elle permet d’être instantanément en relation avec votre client.

 


L’indispensable 3 – FORMATION CONTINUE

D’année en année, les techniques et les stratégies au football changent et évoluent. Il est donc important de rester à la fine pointe pour s’adapter aux différentes techniques et stratégies qui évoluent constamment. Le tout commence par les entraîneurs qui vont régulièrement à des « cliniques de coachs ». Ensuite, ils assimilent l’information et l’enseignent aux joueurs.

Surtout depuis les vingt dernières années, l’hypnose ne cesse d’évoluer et ce, rapidement. Les recherches en neurosciences, qui permettent de mieux comprendre comment fonctionne le cerveau, sont l’une des raisons. De plus, il y a des hypnothérapeutes qui développent de nouvelles façons et stratégies d’appliquer l’hypnose dans les processus de changement.

Au-delà de l’évolution, il y a déjà tellement de différentes approches d’utilisation de l’hypnose. Seulement au niveau de l’approche, il y a l’hypnose classique, l’hypnose Ericksonnienne et l’hypnose conversationnelle. À l’intérieur de chacune d’elles, il y a une panoplie de différentes façons de les appliquer.

Milton Erickson a créé une vague évolutive de l’hypnose. Son héritage nous permet d’ouvrir des portes qui, dans le passé, semblaient fermées.

Personne ne peut prétendre détenir la vérité sur la façon d’utiliser l’hypnose. Certes, il y a des formations qui sont moins professionnelles que d’autres. Il suffit de bien faire ses devoirs pour trouver les formations d’hypnose de qualités qui vous intéressent.

Le souci de professionnalisme et l’expérience de la personne qui enseigne sont des critères essentiels.

J’en ai suivi des formations, énormément de formations, un peu partout… aux États-Unis, en Europe et évidemment ici, au Canada. Et je ne cesse de le faire. Pour moi, c’est une exigence importante pour continuer d’évoluer, de progresser et d’exceller dans une démarche professionnelle.

 


L’indispensable 2 – FAIRE CONFIANCE AU SUBCONSCIENT

La différence entre les joueurs de football qui se démarquent des autres est relativement simple… Ils ont tellement pratiqué que tout devient automatique, instinctif et naturel… Comme s’il n’était pas nécessaire de penser…

C’est comme quand vous avez appris à écrire… Vous aviez probablement un cahier avec deux ou trois niveaux de lignes… Il y avait la ligne d’en bas, celle d’en haut, et une autre entre les deux. Pour écrire les lettres majuscules, il suffisait de l’inscrire entre la ligne du bas et celle du haut. Pour les lettres en minuscule, c’était entre la ligne du bas et celle du milieu.

Les lettres sont devenues des mots… ensuite des phrases.

Et aujourd’hui, quand vous avez l’intention d’écrire, automatiquement votre subconscient s’occupe de prendre en charge votre main et d’écrire… sans même avoir besoin de penser comment écrire.

En tant qu’hypnothérapeute, l’hypnose et l’hypnothérapie ont besoin de devenir de l’automatisme naturel. Et pour ce faire, vous avez absolument besoin de faire confiance à votre subconscient.

C’est comme quand vous avez appris à écrire… Vous avez appris toutes sortes de techniques d’induction et de processus de changement. En plus, vous avez une compréhension de comment fonctionne l’esprit humain, tout étant intégré à quelque part dans votre inconscient.

Votre subconscient a un accès direct à votre inconscient. Ils sont sur la même longueur d’ondes et parce que vous êtes en hypnose quand vous êtes avec un client… le principe de « GO FIRST », alors vous êtes en relation directe avec votre subconscient… Laissez-le faire le travail pour vous…

En même temps, vous devez aussi faire confiance au subconscient de votre client.

Si la personne agit et pense de telle façon, c’est parce que le subconscient l’a installée. Alors, c’est le subconscient qui peut le désinstaller… pour ensuite y introduire quelque chose de maintenant différent… n’est-ce pas ?

Pensez-y…

Le client vient vous voir parce qu’il n’a aucune idée de comment s’y prendre, consciemment, pour changer ce qu’il y a à changer. La problématique est dans l’inconscient…

Si le client n’a aucune idée du comment et du pourquoi il vit cette problématique… alors comment pensez-vous le savoir ?

En même temps que vous faites confiance à votre subconscient… faites confiance au subconscient de votre client… Et laissez vos subconscients communiquer ensemble…

 


Et finalement… (roulement de tambour…) L’indispensable qui est certainement la lacune

la plus importante chez la majorité des hypnothérapeutes 

et qui est une priorité pour continuer d’exceller…

 

L’indispensable 1 – SUPERVISION

Pourquoi… pensez-vous… que les athlètes professionnels et chevronnés ont un coach… ou même parfois plusieurs à différents niveaux ?

Est-ce possible que les athlètes aient besoin d’un miroir de ce qu’ils ou elles font pour être en mesure de savoir où ils sont rendus… savoir s’ils performent bien… et savoir ce qu’ils doivent améliorer et/ou corriger ?

Pourquoi… pensez-vous… que dans les Ordres professionnels, il y a cette exigence de suivre une supervision ?

En tant qu’hypnothérapeute, nous ne sommes pas différents des autres. Nous avons autant besoin d’un miroir pour savoir où nous sommes rendus… d’évaluer si nous intervenons bien… et de réaliser ce que nous devons améliorer et/ou corriger…

Lors des formations, on apprend à faire de l’hypnose. En supervision, on apprend comment intervenir efficacement avec les clients.

Il arrive qu’avec certains clients, ou certains types de clients, ce soit un peu moins facile… que parfois, il est plus difficile de comprendre pourquoi une intervention a moins bien fonctionné… ou que d’autres fois, on doit faire face à certaines situations où il y a des incompréhensions…

Sans oublier les pièges qui sont reliés à la notion de transfert/contre-transfert…

Ces situations amènent à se poser des questions… et peut-être de même se remettre en question face à nos habiletés en tant qu’hypnothérapeute…

Au cours de mon évolution en tant qu’hypnothérapeute, j’ai vécu eu des périodes de remise en question et j’ai aussi rencontré certaines difficultés face à des situations.

Qu’est-ce que j’ai fait ?

J’ai fait appel à la supervision et j’y ai même eu recours lors d’autres périodes où tout allait bien !

Pourquoi ?

Parce que c’est probablement la meilleure façon de devenir un excellent hypnothérapeute professionnel !!!

Pensez-y d’une autre façon… Connaissez-vous des athlètes professionnels qui ont réussi sans avoir l’aide d’un coach ?

Vous connaissez la réponse, n’est-ce pas ?

Maintenant, j’ai une question pour vous…

C’est quand la dernière fois vous avez été en supervision ?

J’ai commencé à suivre de la supervision assez tôt dans ma carrière d’hypnothérapeute. J’ai même eu un superviseur pendant une période de huit ans. Je le rencontrais sur une base hebdomadaire. Vous n’avez aucune idée jusqu’à quel point cela m’a permis de m’améliorer.

Pas seulement en tant qu’hypnothérapeute… mais aussi en tant qu’individu !

Certaines situations demandaient de corriger ou d’améliorer des aspects techniques. Par contre, d’autres ont demandé de suivre des séances d’hypnothérapie pour régler des aspects personnels… ou même d’éliminer des blocages.

Savez-vous quoi… Même après presque vingt ans comme hypnothérapeute et huit ans en tant qu’enseignant en hypnose et hypnothérapie, je continue d’aller en supervision. Pour moi, c’est la meilleure façon objective d’évoluer vers l’excellence.

J’ai commencé à superviser des hypnothérapeutes quand j’ai commencé à enseigner l’hypnose. Pour ce faire, j’ai même trouvé des superviseurs de superviseurs. C’est ce qui m’a aidé à m’améliorer en tant que superviseur.

Malheureusement… et c’est la réalité actuelle… la majorité des hypnothérapeutes ne vont pas en supervision. C’est dommage… Ils et elles manquent une excellente opportunité de devenir meilleurs…

Je sais très bien que ceci va peut-être en froisser certains. Je l’assume… Pour moi, aller en supervision est ce qui différencie les hypnothérapeute des hypnothérapeutes professionnels !

 


J’ai maintenant seulement une question pour vous…

Et c’est une question importante :

 

Êtes-vous vraiment prêt à vous engager à l’excellence comme hypnothérapeute ?

 

Si oui, vous avez maintenant les indispensables à suivre !!!

 

 

P.S. – Vous pouvez laissez vos commentaire au bas de cet article.

 

P.S.S. – Si vous aimez cet article, partagez-le avec vos collègues !!!

 

 

Michel Gagné

Bonne hypnose !

 

 

© Michel Gagné et Secrets de l’Hypnose – 2017

L’AVEZ-VOUS TÉLÉCHARGÉ ?

Avez-vous déjà hypnotisé un sujet tout en vous questionnant s’il était vraiment dans une transe hypnotique ?

Sachez que vous n’êtes pas seul !

Venez découvrir les 15 signes que votre sujet
est vraiment en hypnose !!!
Cliquez ici !